Violaine François

Agrégée de Lettres modernes, Violaine François est doctorante contractuelle en littératures française et comparée à l’Université Paul-Valéry, Montpellier 3 et à l'Université de Liège sous la direction de Corinne Saminadayar-Perrin et Pascal Durand. Sa thèse porte sur la notion de performance et d'écrivain en voix au XIXe siècle et intègre les notions de sociabilités littéraires, d’oralité et de culture médiatique au coeur de sa réflexion. Violaine François a enseigné à l’Université de Montpellier dans le cadre de son contrat doctoral. Elle effectue actuellement un stage de recherche sous la supervision de M. Pascal Brissette à l’Université McGill, Canada.

Parole d’écrivain : cartographie parisienne des pratiques orales au XIXe siècle

"Que ce soit le chant d'une lampe ou bien la voix de la tempête, que ce soit le souffle du soir ou le gémissement de la mer, qui t'environne - toujours veille derrière toi une ample mélodie, tissée de mille voix, dans laquelle ton solo n'a sa place que de temps à autre. Savoir à quel moment c'est à toi d'attaquer, voilà le secret de ta solitude : tout comme l'art du vrai commerce c'est : de la hauteur des mots se laisser choir dans la mélodie une et commune."
Rainer Maria Rilke, Notes sur la mélodie des choses, 1898, Paris, Allia, 2008, p. 27.

Accélération et vitesse : de la célérité dans les arts

image intro.jpg
Pluie, Vapeur et Vitesse  – Le Grand Chemin de Fer de l'Ouest (1844)
J. M. W. Turner

Habiter

« Je n’habitais plus rien. Habiter n’est pas vivre : il y a des logements pour ça. Habiter, c’est trouver, dans l’espace, une zone de coïncidence avec son périmètre mental. Un lieu de commerce avec l’étendue, un point de relâche des lois de la géographie.

S'abonner à RSS - Violaine François